07/02/2013

Tricothérapie.


 





J'ai comme l'impression, ces derniers jours, que j'essaie de noyer mes petites et moyennes angoisses (soit PMA...) dans la laine. La sensation consciemment inconsciente que toucher le doux, le fin, le précieux fil apaise ma tête bouillonnante.
Certains n'y voient peut-être qu'une compulsion, une compensation comme un carré de chocolat ou deux ou trois, ou comme une clope fumée pour s'apaiser. Ou simplement une surconsommation.
Mais j'ai pourtant la certitude que, parfois, c'est bon de tomber dans un excès plutôt qu'un autre, meilleur d'avoir une passion plutôt qu'un t.o.c. ou une angoisse non maîtrisée.
Le jour où j'ai commencé à tricoter fut le début, sans le savoir, de ma thérapie. J'arrête de cogiter dès que j'ai des aiguilles entre les mains. Finalement peut-être un t.o.c.... Je m'imagine bien en train de tricoter pendant que je recevrai ma "petite" piqûre quotidienne d'ici quelques semaines...

Alors, sans honte, je regarde les nouveaux fils, farfouille à droite et à gauche pour y lier un projet. Je ne fonctionne que comme ça. La matière avant le modèle.

Marie m'a tenté, vive la Malabrigo, une première puisque jamais testé. J'imagine un truc pour les pieds ou le cou...le dernier BT m'inspire déjà !
Mag m'a aussi tenté avec sa dulce di Luce. J'ai commandé la brume d'antan. J'imagine un gilet aussi douillet que son petit chaton... Déjà plus ou moins croqué l'idée !
Puis mon doux insiste pour avoir SON pull, le bleu devait être pour lui mais c'est un véritable échec, retour en sac ! Alors un vert presque noir (repéré avec ma brune préf de préf.) On a déjà conçu le modèle en couple. Il n'y a plus qu'à...ne pas se rater !
Et comme si j'avais peur de manquer, un camel clair pour je ne sais pas quoi encore... mais celui-là me tente bien !

Après l'échec du pull bleu, je me suis vengée sur un autre pull, marine cette fois (plus foncé que sur les photos) un patronage maison qui réussira c'est certain. J'utilise une cascade 220 heathers bleue marine très légèrement chinée de vert/violet associée à un fil d'or (Merci Mag). Un petit pull féminin avec des petits détails d'encolure et de points ajourés, je ne vous dis que ça !

Du pain sur la planche.... et pendant ce temps, je ne pense à rien d'autre.

36 commentaires:

  1. Et qu'est-ce que ça fait du bien!^.^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme une drogue mais bien moins onéreuse (quoique...^^)

      Supprimer
  2. Évade-toi et profite de ces instants où ton cerveau se fait plaisir :)
    Tu m'épates avec toutes ces envies et surtout ces belles réalisations à venir !
    Quelle patience !
    Je préfère la couture : plus rapide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la couture est plus rapide, mais comme je ne suis pas douée avec une MAC, je dois mettre autant de temps à faire un ourlet qu'à tricoter un dos...

      Supprimer
  3. Le tricot a déjà sauvé ma vie... Et j'avoue, quand j'ai un coup de blues, je me roulerais bien dans mes pelotes de laine ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui tiens, c'est une bonne idée. Se rouler dans les pelotes de laine, je retiens l'idée ^^

      Supprimer
  4. Se faire plaisir, et être heureuse c'est essentiel dans ce processus. On ne maîtrise peut-être pas notre corps, ni toutes nos envies, mais on a quand même le contrôle et on peut créer des choses malgré tout. Et Fuck la PMA caca, chez nous c'est un esprit sain pour un corps sain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça Mag. Pouvoir maîtriser nos aiguilles pour créer quand même un truc ! Nous ne sommes pas inutiles !

      Supprimer
  5. J aurais pu moi même écrire ton message... On en bave dans ce parcours mais gardons espoir et nos aiguilles en main ! Des bises et du courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une période étrange. Mais c'est un retour sur soi et le tricot sauve un peu ! merci en tout cas !

      Supprimer
  6. Très bonne thérapie ces aiguilles-là, je suis tombée dedans moi aussi pour essayer de noyer mes "petites et moyennes angoisses", même si j'ai laissé tomber les piqûres quotidiennes, je m'accroche toujours à mes aiguilles circulaires, au moins une maille par jour ! J'ai hâte de voir ce que tu feras de la malabrigo ! et de ces fils bleus avec une pointe de doré...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru comprendre que c'était difficile pour vous aussi. Même bien plus compliqué encore... Pour la malabrigo, je crois qu'elle attendra le début du printemps. Tellement légère, je n'imagine rien d'autre qu'une écharpe légère pour le début des beaux jours.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Héhé, presque gratuite, c'est chouette !

      Supprimer
  8. Je suis pour cette thérapie aussi... les fils, les projets tricots/crochets me rassurent.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup ce genre de "craquages" ! d'ailleus le prochain sera sans doute pour la laine bleu/or...
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est à tomber cette laine, déçue de ne pas avoir finalisé le pull mais je ne peux que te la conseiller !

      Supprimer
  10. une bien belle thérapie ...faudrait peut etre que je m'y mette...je serais peut etre moins stressée!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça ou autre chose. L'idée c'est d'occuper ses mains et/ou sa tête...

      Supprimer
  11. Demain je vais au happening de danse à 19 h 00 au safran puis au tricot thé ? Résistes-tu à ce double appel ? lol T'es libre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suis pas certaine de notre soirée. On ne nous a pas encore confirmé... peut-être un tour au triot thé mais je ne sais pas à quelle heure. Tu y vas pour quelle heure toi ?

      Supprimer
  12. Comme je te comprends, aiguilles en main et cerveau sur secteur, en veille, pour se reposer un peu... Et puis quel mal ? En bonus des petits pulls, de la douceur, de la chaleur, franchement que des avantages!
    J'ai hâte de voir tout ce que tu vas concocter avec tout ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mal ? Le prix !! Mais bon, je ne culpabilise pas longtemps...

      Supprimer
  13. je partage tellement cette conception du tricot! la tête sur le mode pause... surtout quand on subit ces PMA.... Espoir et désespoir se côtoient. La tricothérapie est (presque) magique!
    PS: cette photo de tiroir rempli de laines ressemble fort à chez moi... j'en ai trois comme ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore... ça déborde un peu partout dans la maison mais celui-là est le mieux rangé ^^ merci de passer ici en tout cas !

      Supprimer
  14. Il me faut au moins mes 2 heures quotidiennes de tricot sinon je suis mal et 2 tricots en cours, l'un avec un point qui me permet de regarder un film en même temps et l'autre avec un point compliqué qui me prend bien la tête. Et je ne pars jamais de chez moi sans un des 2 ou les 2, cela dépend où je vais. J'ai bien sûr des réserves de laine... qui peuvent rester réserves un moment car il m'arrive souvent de changer d'avis ! Oui ! Je considère le tricot comme une douce thérapie.
    Pauvre pull bleu n°1 dans son sac ! Beau pull bleu n°2 en projet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une tox' c'est ça en fait ! Tu tricotes quoi en ce moment ? Et tu es encore loin loin loin ? Bises Lu

      Supprimer
  15. Tricothérapie, compensation, toc ... J'en suis ! (avec les piqures aussi). Une façon de lâcher prise ...au point même d'en oublier un rdv PMA (acte manqué comme on dit).
    Alors je t'accompagne par la pensée. Et vive le tricot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Oublier un rdv c'est quand même très positif. "pensez à autre chose" comme on nous le répète...tu es sur la bonne voie ^^ Merci de passer par ici et de laisser un petit mot !

      Supprimer
  16. Excellent choix de thérapie ! J'espère qu'il n'y a pas de culpabilité en toi à craquer sur de si beaux fils ... il n'y a vraiment pas de mal à se faire du bien, de façon si créative et donc positive ! Et puis, depuis quand les dérivatifs sont-ils prohibés ? La bonne question à se poser : est-ce que le tricot t'empêche de faire les bons choix dans ta vie ?
    En tout cas, j'ai hâte de voir ces projets se réaliser petit à petit.

    RépondreSupprimer
  17. Je ne peux que te comprendre. En ce moment, ma vie est plutôt tristounette et mon moment tricot (en compagnie de ma minette) est un des rares moments où j'ai l'esprit plutôt serein. Ma to-do liste tricot est aussi une douce façon de planifier ma vie.

    RépondreSupprimer
  18. Je comprends ça aussi ! J'ai d'ailleurs cette merveilleuse laine Dulce di Luce qui attend d'être tricotée depuis... hum, je crois qu'on peu compter en années ! Comme tu dis, "la matière avant le modèle" ; )

    RépondreSupprimer
  19. ce n'est pas les aiguilles pour le tricot que j'ai souvent en mains mais celles pour les PMA et j'aimerai tellement parfois pour eux pouvoir croiser les doigts en les enfonçant...des bises

    RépondreSupprimer
  20. Ah les PMA, une compagne dont je me passerai bien aussi! Parallèlement aux trucs chimiques dont je me passerai un jour sisi, ici c'est le papier et les bidouilles mais à voir ce que tu fais, à voir beaucoup d'autres merveilles ailleurs je me dis, peut être qu'un jour les aiguilles passeront aussi par moi :-) Et l'idée de se rouler dans des pelotes de laine rhannnnnnn mais quelle merveilleuse trouvaille, il ma faut de la laine donc ;-)

    RépondreSupprimer
  21. J'ai commencé le tricot en même temps que la PMA...il aura été ma thérapie à moi aussi, toutes ces mailles qu'on aligne en espérant...Toute la layette que j'ai faite pour les autres, jamais pour moi, pour nous...la PMA est malheureusement finie pour moi, tout espoir est anéanti à tout jamais, il me reste les mailles que j'aligne...je te souhaite du courage et pleine réussite..

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires, ils sont toujours les bienvenus.
Je ne peux y répondre via mails mais je vous répondrai dans ce post ou sur votre blog.